Hélios et Séléné

. 0 Commentaires .

Hélios était le fils du Titan Hypérion et de la Titanide Théia. Il était le frère de Séléné et de Eos.
Hypérion, le feu astral, et Théia dite la divine étaient tous deux des enfants d’Uranus. Leurs propres enfants : Eos, Hélios et Séléné étaient donc cousins de Pluton, Neptune et Jupiter.
Hélios, éveillé par le chant du coq, animal qui lui est consacré, et annoncé par sa sœur Eos, traverse le ciel tous les jours sur son char tiré par quatre chevaux. Il part d’un splendide palais situé à l’Extrême Orient, près de Colchis pour se rendre vers un palais splendide également à l’Extrême-Occident où ses chevaux déharnachés paissent dans les Iles des Bienheureux.
La nuit, il met son char et son attelage sur un bac en or que lui a fabriqué Héphaistos et, pendant que le bateau vogue sur la mer océane qui fait le tour de la terre, il dort dans une cabine confortable.
Hélios est un peu distrait. Quand on lui vole des troupeaux, il ne s’en rend pas compte.
Il n’est pas avide. Quand Zeus attribua les villes et les cités aux différents dieux, il oublia Hélios. Zeus était bien embarrassé. Il se voyait déjà en train de tout recommencer. Mais Hélios le rassura. Il lui dit qu’il se contenterait des nouvelles terres qui apparaîtront. C’est ainsi qu’il devint propriétaire de l’île de Rhodes lorsqu’elle sortit des eaux.
C’est là que de ses amours avec la nymphe Rhodé naquirent sept fils et une fille.
Les sept fils d’Hélios devinrent des astronomes célèbres. Leur sœur s’appelait Electryo. Elle est morte vierge et est vénérée comme une demi-déesse. L’un des fils nommé Actis fut exilé pour fratricide. Il s’enfuit en Égypte où il fonda la ville d’Héliopolis. Sous l’inspiration de son père, il fut le premier à enseigner l’astrologie aux Égyptiens. Les Rhodiens ont construit le colosse en son honneur.
Zeus ajouta aux territoires d’Hélios la nouvelle île de la Sicile.
Hélios avait un fils appelé Phaéthon qui voulait montrer à Rhodé, sa mère adoptive, et à ses sœurs, Proté et Clyméné, ce dont il était capable. Il harcela son père jusqu’à ce qu’il lui cède. C’est ainsi qu’un matin c’est lui qui conduisit le char du Soleil. Mais Phaéton n’était pas assez fort pour diriger les chevaux blancs que ses sœurs avait attelés pour lui. Il les mena d’abord si haut au-dessus de la terre que tout le monde grelottait. Ensuite, il les mena si bas près de la terre que les champs furent grillés. Quand il s’en rendit compte, Zeus piqua une grosse colère et il le tua d’un trait de foudre. Il tomba dans le Pô. Le long des rives, ses sœurs désolées furent changées en peupliers qui pleurent des larmes d’ambre ou, selon certains, en aulnes.
Cette succession de climat froid et chaud fait penser à l’alternance des périodes glaciaires et des périodes chaudes qu’à connues notre planète.
Parmi leurs cousins, Hélios et Séléné étaient les plus beaux, les plus vertueux et les plus purs, ce qui provoqua la jalousie parmi leurs oncles. Hélios, le plus beau des jeunes hommes était couronné de boucles blondes et de rayons lumineux. Il fut noyé. Séléné, sa sœur, ne put le supporter. Pour le rejoindre dans la mort elle se jeta du haut de son palais. Les dieux alors furent émus. Hélios devint le feu sacré du ciel et Séléné put le rejoindre dans les cieux pour lui être attachée.
Parmi les déesses lunaires nous trouvons :
– Diane qui symbolise la Lune croissante
– Séléné qui représente la Pleine Lune et qui règne sur le ciel et les nuages.
– Hécate épouse de Pluton puis de Mercure qui règne sur les enfers, la mort, le sommeil, les rêves et la magie. On dit d’Hécate qu’elle a trois visages et qu’elle évoque les trois derniers jours du cycle lunaire durant lesquels la Lune est obscure juste avant la Nouvelle Lune. Elle évoque aussi les trois Parques qui présidaient à trois étapes de la vie terrestre : la naissance, la vie et la mort, déroulant et coupant le fil de notre destinée humaine de terriens mortels.


Commentaires
Ces quelques renseignements sur le mode de vie d’Hélios soulignent le goût du luxe et du paraître du personnage.
On constate en effet que la lumière de la Lune dépend de celle du Soleil.
Dans l’interprétation astrologique on retrouve la même notion. La Lune est le reflet de l’âme, de la psyché. D’autre part, par sa capacité de refléter la réalité, elle entre en ligne de compte dans les phénomènes de voyance.
Dans la mort d’Hélios on retrouve la grande incompatibilité des éléments Eau et Feu.
Le destin du Soleil quand à lui est très lié à celui de la Lune. En effet, il est à la fois
– frère de Séléné
– Père de Circé la magicienne
– Grand-Père d’Hécate divinité de la Magie et des Envoûtements.

On note que dans la mythologie, tous les gens sympathiques, quand ils meurent, se retrouvent dans le ciel. D’où le concept religieux comme quoi, après la mort, l’âme du défunt monte au ciel.

A noter que les rapports du Soleil et de la Lune n’ont aucune connotation sexuelle. Cette relation apparaît comme une indissociable complémentarité, avec une alternance possible des genres ou une inversion de leurs polarités. Leur relation relève toujours d’un principe unitaire.

Ce qui nous ramène à la notion du Moi.
. A David-Neel disait que le Moi est un parlement intérieur.
. L’un des questionnements de Mircea Eliade était le suivant : « Suis-je moi, et moi seul ? Mais alors quel est ce moi qui, à l’intérieur de moi, se demande si je suis moi ? ».

Dans le zodiaque aussi, le moi est multiple.
Le Soleil représente le moi extérieur, le moi social.
La Lune représente l’âme, l’inconscient.
L’Ascendant incarné par son maître représente le moi intime, la personnalité et la façon qu’elle a de s’exprimer.

On retrouve l’image du Soleil et de la Lune, le frère et la sœur, dans l’image d’Isis et d’Osiris.

Source :

Publicités

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :