Le réchauffement climatique

Publié le Publié dans Astrologie

Désormais le réchauffement climatique et ses conséquences rythment notre quotidien. La situation est suffisamment sérieuse voire dramatique pour avoir réuni tous les pays de la planète autour d’un accord unanime lors de la COP21 à Paris.
Cette situation était-elle prévisible par l’astrologie ?
Comme je l’avais indiqué dans mon livre « Les cycles dans le temps long», nous sommes entrés dans l’ère du Verseau en 1963. Nous sommes dans l’ère du Verseau, c’est-à-dire que, dans le zodiaque tropical, la projection Nord de l’axe terrestre décrit de signe du Verseau depuis cette date avec un mouvement rétrograde. Mais il ne faut pas oublier que dans le même temps, la projection Sud de l’axe terrestre décrit le signe opposé, c’est-à-dire le Lion.
C’est ainsi que l’ère du Verseau ne se contente pas de valoriser ce seul signe, mais elle stimule également le potentiel de son signe opposé, le Lion, le signe du Soleil.
Un simple regard sur le monde qui nous entoure va dans le sens de cette proposition puisque les observations météorologiques mettent en évidence une augmentation des températures moyennes depuis la fin du XXème siècle.
Le fait que le climat se réchauffe lorsque le signe du Lion est valorisé semble se confirmer par les faits puisque les historiens mentionnent une période de réchauffement climatique à la fin de la préhistoire, 8 à 10 000 ans avant notre ère.
Facteur aggravant, une étude plus détaillée montre que, entre 1951 et 1987, c’est le 6ème degré du Verseau (dans le zodiaque sidéral) qui était valorisé. Dans son livre « Les 360 degrés du zodiaque symbolisés par l’image et par la Cabbale » Janduz attribue la symbolique suivante à ce degré : Du bout d’une prairie, un archer bande son arc pour envoyer sa flèche, dirait-on, dans le soleil ! La prairie est desséchée et les flammes courtes et légères la parcourent en tous sens jusqu’aux pieds de l’archer qui ne semble pas les voir.
Cette symbolique est criante de vérité. L’archer est focalisé sur la conquête du soleil, et il ne voit pas que la terre brûle sous ses pieds !
Cette présentation des faits sur la base de l’outil astrologique semble indiquer que le réchauffement climatique est l’un des effets de la mécanique céleste. Mais, même s’il semble s’imposer, ce constat me coûte. Il ne faudrait pas qu’il conduise nos contemporains à se dédouaner en invoquant la fatalité pour justifier leur comportement irresponsable. Une attitude plus digne consisterait à prendre conscience de la gravité de la situation et à adopter un comportement plus mature pour essayer d’en limiter les effets.

Laisser un commentaire