Un autre corps pour mon âme

Publié le Publié dans Livres

La notion de réincarnation est de plus en plus banalisée et beaucoup de littérature a été consacrée au sujet. Mais l’on peut se poser la question de savoir ce qu’il advient de l’âme entre deux séjours sur terre.
Mickaël Newton dans son livre « Un autre corps pour mon âme » donne des éléments de réponse à cette question intrigante.
Mickaël Newton est un hypnothérapeute avec une démarche scientifique et une attitude plutôt sceptique au départ. Mais sa pratique l’a conduit à faire régresser un certain nombre de clients qui lui ont amené une matière si riche, si troublante et si cohérente qu’il a été amené à réviser ses certitudes. Dans ce livre il présente quelques cas significatifs agencés de façon logique afin de présenter le cursus complet du parcours de l’âme dans l’au-delà entre la restitution de son corps physique et la prise de possession du suivant.
J’estime que tout un chacun devrait avoir connaissance de ce qui se passe de l’autre côté du miroir de façon à pouvoir vivre et mourir en gardant les yeux ouverts, ou en tous cas, en pleine conscience.

Le retour à la maison
Après le décès, l’âme aime bien assister aux obsèques du corps physique. Puis elle est aspirée dans le tunnel.
Trois cas peuvent se produire :
- L’âme est attendue par des proches, famille, amis qui l’accueillent pour la rassurer.
- L’âme est attendue par son guide. Souvent le guide est une âme qui a déjà été incarnée et qui à présent s’occupe des autres, durant leur incarnation physique et après.
- L’âme est suffisamment évoluée. Elle n’a pas besoin d’être rassurée, elle trouve son chemin toute seule, elle est comme télécommandée à distance, et elle n’a qu’une hâte, rejoindre l’endroit où elle doit aller, c’est à dire « rentrer à la maison ». A noter que, si certaines âmes sont expérimentées, d’autres sont qualifiées d’immatures, ce qui laisse entendre qu’elles ont besoin d’attention voire de surveillance particulières.
Après avoir été accueillie et rassurée, l’âme est conduite vers un lieu où elle est nettoyée des vicissitudes de sa récente incarnation, une sorte de douche spirituelle. En ce lieu, elle est soignée, revigorée et rétablie en quelque sorte dans sa condition et dans sa vibration céleste.
L’âme est ensuite guidée vers la phase d’orientation. Banale pour certaines âmes, redoutée par d’autres, cette étape est une confrontation avec son guide. Il ne s’agit pas ici de revoir en accéléré la vie qui vient de s’achever, mais de vérifier si les objectifs que l’âme s’était fixés pour cette vie ont été atteints. Si ce n’est pas le cas, il faut analyser la situation et comprendre pourquoi. L’orientation de l’incarnation future dépend de cet entretien.
Ainsi régénérée, l’âme est guidée ou même portée par un courant d’énergie qui la ramène « à la maison », c’est à dire vers le groupe d’âmes avec lequel elle est liée par « un lien universel ». Ces groupes sont souvent définis comme les élèves de classes « d’écoles spirituelles dirigées par des professeurs-guides ».
Après son retour au bercail, l’âme escortée et défendue par son guide est amenée devant le conseil des anciens devant qui elle doit expliquer sa conduite lors de sa récente incarnation.
Ce n’est qu’à la suite de cet entretien qu’elle rejoint son groupe. A ce stade l’auteur révèle des éléments d’information peu communs. Il nous apprend en particulier que les âmes sont crées par l’Origine. Les âmes de même niveau sont regroupées dans un groupe placé sous la responsabilité d’un guide qui vient les recueillir dès la « nurserie ».
Les âmes du groupe évoluent ensemble et parfois s’incarnent en même temps, mais il s’avère que certaines évoluent plus vite que les autres. Quand elles ont pris suffisamment d’avance, elles quittent le groupe. Par contre aucune âme ne peut intégrer un groupe déjà constitué. Où vont les âmes qui ont quitté leur groupe ? La réponse n’est pas claire, mais il semble qu’elles reconstituent un groupe ailleurs.

Les guides
Les guides sont des âmes qui ont suffisamment évolué pour prendre la responsabilité d’un groupe. La classification des âmes est bien définie. L’auteur les répartit en six niveaux :
Niveau 1 : Débutant, couleur : Blanc.
Niveau 2 : Débutant-intermédiaire, couleur : blanc cassé avec des nuances rougeâtres et des traces jaunes.
Niveau 3 : Intermédiaire, couleur Jaune.
Niveau 4 : Intermédiaire-avancé, couleur : Jaune foncé, doré avec des traces de bleu. Guide : junior.
Niveau 5 : Avancé, couleur : Bleu clair. Guide : senior.
Niveau 6 : Très avancé, couleur : Bleu-violet foncé. Guide : Maître
Mickaël Newton mentionne que les statistiques réalisées sur la base des clients qu’il a reçus montrent que la majorité des âmes incarnées sur terre se situent aux niveaux 1 (42%) et 2 (31%) alors que les âmes de niveaux élevés sont minoritaires : 9% pour le niveau 4 et seulement 1% pour le niveau 5. La terre semble donc être le terrain où les jeunes âmes viennent se faire les dents. Ce constat donne un éclairage sur le fait que les humains se montrent si souvent décevants.
Cette classification bat en brèche la notion qui voudrait que les guides très avancés soient des êtres de lumière immaculée.
D’un autre côté, on comprend mieux pourquoi Krisna et la Vierge Marie sont toujours représentés avec une dominante bleue très marquée.
Cette progression permet une modélisation cohérente d’un principe qui veut que certaines grandes âmes s’incarnent pour resserrer les boulons sur la planète que ce soit dans le domaine religieux, scientifique, social ou autres.
Par ailleurs, cette modélisation explique que certaines âmes s’incarnent avec leur guide.Lorsque l’âme atteint le niveau intermédiaire, c’est à dire les classes 3 et 4, elle s’incarne moins souvent et la relation professeur-élève qu’elle entretenait avec les guides devient une relation entre collègues. C’est à dire que l’âme devient un guide prêt à prendre la responsabilité d’autres âmes.

L'organisation de l'au-delà
L’au-delà est structuré en plusieurs parties : l’univers sans ego qui correspond à la nurserie où les âmes nouvelles reçoivent leur ego, l’univers de l’omniscience qui est le lieu dont toutes les âmes rêvent mais que seules les âmes élevées peuvent atteindre, l’univers du temps altéré qui sert de lieu d’entraînement aux âmes entre deux incarnations et l’univers de la création et de la non-création qui fait figure d’une Terre bis. Cette autre terre où les incarnations sont paisibles est décrite comme un lieu de villégiature.
Selon les nécessités de son évolution une âme est capable de mener deux (ou plus) incarnations terrestres simultanées, mais l’exercice paraît risqué et semble peu utilisé.
Les âmes interrogées par Mickaël Newton sont très claires, une âme donnée est dédiée à une grande famille de la création, c’est à dire que par exemple, les animaux ne se réincarnent pas en être humains et réciproquement.
Lorsque le moment est venu de se réincarner, l’âme est conduite dans « l’Anneau du Destin ». Il s’agit d’un endroit particulier au sein duquel l’âme peut visualiser ses vies futures potentielles, sachant toutefois que les possibilités de réincarnation pour une âme donnée sont réduites. Par ailleurs, l’âme ne visualise pas tous les détails d’une vie potentielle donnée, cela sous-entendrait un déterminisme absolu. Non, c’est seulement la trame de la vie qui est montrée à l’âme en voie de réincarnation. De nombreux détails, voire des pans entiers de cette vie lui sont occultés. Mickaël Newton donne une pseudo explication de ce phénomène : « D’une façon générale, les personnes avec qui je travaille sont des âmes jeunes qui continuent à se réincarner. Elles ne voient peut-être pas les évènements importants qui se produiront très loin dans l’avenir, parce que plus ces âmes s’éloignent des probabilités présentes, plus l’effet des scénarios possibles brouille leurs images ».
L’anneau du Destin est un lieu assez particulier : « Tous les aspects temporels sont présentés comme des réalités entremêlées. Puisque les réalités parallèles sont superposées, il est possible qu’elles soient perçues comme des vies physiques possibles, surtout par les âmes expérimentées ».

Le choix d’une vie.
Visualisation de la vie future
Concernant la visualisation de la vie future, Mickaël Newton prend l’analogie d’une carte routière qui contient une route principale et de nombreux embranchements. Et il réfute la notion de déterminisme. « Si tous les évènements étaient décidés à l’avance, notre démarche n’aurait aucune raison d’être ». Et, un peu plus loin : « L’âme se réincarne surtout pour faire l’exercice du libre arbitre ».
Les conclusions qu’il en tire à propos du karma me semblent fondamentales, c’est pourquoi je relève également ce passage : « Par conséquent, le destin ou karma ne signifie pas uniquement que nous sommes prisonniers d’événements sur lesquels nous n’exerçons aucun contrôle : nous avons des leçons à tirer de ces évènements et des responsabilités à prendre. (…) Peu importe ce qui se produit au cours d’une vie, il est important de se rappeler que le bonheur ou la souffrance qui la tissent ne reflètent pas la bénédiction ou la trahison de Dieu, de nos guides ou de ceux qui coordonnent notre retour sur Terre. Nous sommes les seuls maîtres de notre destin ».
De plus il apparaît que les souffrances ou les handicaps ne sont pas forcément karmiques, c’est à dire qu’ils ne font pas forcément référence à un traumatisme vécu dans une autre vie. Certaines âmes choisissent de se créer certaines difficultés physiques afin d’affronter des situations servant leurs besoins d’évolution.
Le choix du corps physique.
De façon assez inattendue, les patients de Mickaël Newton soulignent le fait que le choix du corps physique revêt une importance capitale pour réaliser le but que s’est fixée l’âme pour son incarnation. Et ils mentionnent le fait que la destinée de l’individu pourrait être totalement différente si une autre âme s’était incarnée dans ce corps.
Mickaël Newton cite un premier exemple d’une âme qui a choisi de s’incarner dans le corps d’une handicapée choyée par ses parents afin de pouvoir étudier et enseigner. Il cite un autre exemple, celui d’un guerrier doté d’un physique exceptionnel qui lui a permis de vivre sans ressentir de limites physiques et de ressentir un sentiment de liberté hors du commun.
Le casting.
Le terme n’est peut-être pas adéquat, mais il exprime clairement l’idée. L’âme prend le temps du mûrir sa décision avant de choisir un corps et une identité avant de s’incarner. Pour cela elle sollicite les conseils de ses guides ainsi que des membres de son groupe. Quand le choix est enfin réalisé, il reste à mettre au point le casting. C’est à dire d’identifier les âmes qui vont interférer avec le natif afin de l’aider à travailler sur les sujets auxquels il souhaite se confronter durant sa vie, mais également à choisir les destinées avec lesquelles le natif va interférer. Tout cela semble très complexe.
Mais la prise de conscience de ce phénomène est déterminante. Mickaël Newton cite l’exemple d’une âme qui s’incarne pour jouer un rôle déterminant et durable pour une autre personne. Elle joue le rôle du père, alors qu’elle ne fait partie du même groupe d’évolution. En d’autres termes, les gens que nous côtoyons, nos proches, ne font pas forcément partie de notre groupe d’évolution. A contrario, certains membres de notre groupe peuvent s’incarner pour jouer un rôle déterminant mais ponctuel dans notre destinée.

Pour terminer, Mickaël Newton mentionne que le moment où l’âme s’incarne dans le bébé en gestation est variable, au plus tôt l’âme arrive vers le cinquième mois, mais parfois elle ne prend possession de son nouveau corps que quelques jours avant la naissance.
De façon assez cocasse, il mentionne que l’âme, dans son corps de bébé à naître, s’ennuie. C’est pourquoi, assez souvent, elle va faire un tour avec les copines. En effet, le phénomène d’amnésie ne se produit qu’au moment de la naissance. Avant de naître, elle est parfaitement consciente de la situation et peut se permettre quelques escapades.

Laisser un commentaire