Le secret

Publié le Publié dans Développement personnel, Livres

Le moins que l’on puisse dire est que l’affaire est rondement menée. Rhonda Byrnes a d’abord tourné un film dans lequel elle interroge les plus grands spécialistes mondiaux du sujet. A l’appui de sa théorie, elle affirme que « Le secret » est connu depuis la nuit des temps et que la plupart des personnages illustres de l’Histoire le connaissaient et savaient l’utiliser.

Puis elle a décliné son message dans un livre « Le secret » qui, dix ans après reste un bestseller.

Tout cela a de quoi mettre l’eau à la bouche, mais sur le fond, qu’en est-il vraiment ?

La théorie est simple et repose sur une des lois de la Nature que je formule ainsi : « La pensée est créatrice » ou, pour le dire plus simplement, ce que l’on pense se produit dans la réalité.

Ainsi, si l’on veut obtenir quelque chose, il suffit d’y penser pour que cela se produise. C’est vrai, mais ce n’est pas aussi simple. Et j’ai dû lire le livre de Rhonda Byrnes et même celui de Brenda Barnaby, « Par delà le secret » pour bien appréhender la difficulté de mise en œuvre de cette technique si simple à énoncer.

Tout d’abord, je suis persuadé de la véracité de cette assertion. Comme tout un chacun je connais au moins deux ou trois personnes qui passent leur temps à prononcer des phrases telles que : « je n’ai jamais de chance », « je n’y arriverais pas », « c’est trop beau pour moi » etc … Et, en effet, leur vie est tristounette et ne décolle pas. D’autre part, je connais plusieurs exemples de personnes qui voulaient obtenir quelque chose de difficile et qui l’ont obtenu.

Je dois reconnaître que « Le secret » est bien gardé, parce que, même après avoir lu deux livres sur le sujet, la technique demeure nébuleuse. Voici cependant les lignes directrices.

Tout d’abord il faut être clair avec soi-même. Si par exemple je demande une promotion à l’Univers et que, en même temps, j’ai peur d’être incapable d’assumer les responsabilités qui vont avec, j’émets un signal et son contraire, et rien ne se produira.

C’est pourquoi, ce que l’on demande, il faut le désirer vraiment. Il faut imaginer ce que sera notre vie quand on l’aura obtenu. C’est ici que la visualisation se montre très efficace. Exprimer un désir avec des mots, à haute voix ou en pensée, c’est bien, mais se visualiser dans la situation que l’on souhaite obtenir, c’est bien plus efficace.

La liste des prérequis à la réalisation d’un désir est longue, mon intention se résume à ne citer que les principaux parmi lesquels il s’en trouve un qui s’appuie sur cette autre loi qui veut que « La Nature a horreur du vide ». Si vous demandez une voiture alors que vous en avez déjà une dans le garage, votre vœu aura du mal à être exaucé. Il faut d’abord faire du vide dans votre vie pour que la Nature puisse le remplir.

Je précise que cette notion est subtile. Il n’est pas interdit, par exemple, de rencontrer le grand amour alors que l’on vit déjà avec quelqu’un. Notre vie peut être socialement remplie, mais sentimentalement désertique.

Même si je trouve très séduisante la thèse de Rhonda Byrnes, je regrette qu’elle ait fait l’impasse sur le critère astrologique. Selon Rhonda, et pour caricaturer de façon volontairement triviale, on émet un désir de façon adéquate et on obtient sa réalisation en retour. Je suis trop imprégné d’astrologie pour oublier que, au mieux, le retour se manifestera lorsque le moment sera propice. L’étude du thème natal peut permettre de dater ce moment. Mais par ailleurs, l’intensité de la manifestation de ce désir sera conditionnée par le potentiel du thème. J’ai du mal à imaginer que l’Univers offre un fauteuil de directeur à un natif dont le thème est grandement affligé pour la profession. S’il obtient un CDI c’est déjà une belle réponse à sa demande.

Outre ces notions qui peuvent être perçues comme complexes mais qui ne relèvent que du bon sens, la réalisation d’un désir passe par sa formulation. Les règles couramment établies sont celles de la pensée positive : Une phrase au présent, précise et concise, sans négation. Ce qui nécessite de savoir clairement ce l’on veut.

Ensuite vient la demande elle-même. A ce sujet, je n’ai trouvé que peu ou pas d’indications dans les ouvrages précités qui abordent la question de façon escamotée et fumeuse.

Je le disais, le secret est bien gardé.

En ce qui me concerne, je mets en œuvre un processus qui donne de bons résultats. Je l’exposerai probablement dans un futur article.

Malgré mes quelques remarques, j’insiste sur le fait que ces livres sont une formidable stimulation pour nous inciter à maîtriser nos pensées et pour les orienter vers une dynamique vertueuse de réussite et d’épanouissement.

Laisser un commentaire