Astrologie

Réflexions sur l’astrologie karmique

Dans le thème, tous les éléments qui indiquent des difficultés à résoudre représentent les bases d’appui de l’astrologie karmique. La liste est longue. On peut citer, pêle-mêle, les signes interceptés, la Lune Noire et tout ce qui  » tourne à l’envers « , c’est à dire dans le sens inverse des signes du zodiaque.

Sans entrer dans un long débat, on constate que rechercher par l’astrologie l’individu que l’on a incarné dans une précédente vie semble utopique. Ne serait-ce que parce que dans ce domaine aucune hypothèse n’est vérifiable, ce qui ouvre la porte à toutes les dérives. D’autre part nous serions sûrement tous déçus de découvrir que nous n’avons été ni Jules César ni Jeanne d’Arc mais peut-être un humble artisan pas forcément honnête, pas forcément heureux ni riche.

C’est pourquoi il semble plus raisonnable de s’intéresser à l’effet plutôt qu’à la cause. Qu’on l’appelle karmique, traditionnelle ou autre, la démarche qui permet d’analyser le thème d’un individu revient à identifier sa part de conditionnement. Et peu importe quelle en est la cause. Puisque ce qui compte, c’est de prendre connaissance de l’existence du problème afin de pouvoir œuvrer à sa résolution.

C’est ainsi qu’analyser les signes interceptés, la Lune Noire, les aspects etc … n’a d’autre finalité que de faire la part entre la liberté et le chemin imposé du natif. C’est ce que certains appellent réaliser un étude karmique.

Dans ce cadre, on constate que les nœuds lunaires et les planètes rétrogrades représentent une énergie « à contre courant », c’est à dire que cette énergie contrariée s’accompagne d’une sorte d’inhibition voulue par le destin qui demande un travail personnel au natif pour inverser la vapeur, remettre les choses dans l’ordre et vivre pleinement le potentiel inhibé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.