Divination

Connu et inconnu

Le commun des mortels dans son avidité de dévoiler le caché et le secret oublie une nuance subtile et fondamentale.

Lorsque je me suis essayé à la radiesthésie, j’ai commencé comme beaucoup par faire des tests sur l’eau. Je me revois encore, mon pendule flambant neuf en main, me poster près d’un puits chez une connaissance et annoncer fièrement la profondeur de l’eau et son débit avec une exactitude troublante.

Fort de ce résultat, je considérai que j’avais tout compris et je répondis favorablement aux sollicitations de toutes parts qui me demandaient pêle-mêle de retrouver les clés égarées, de prédire les résultats du bac ou le taux de glycémie dans le sang.

Je ne tardai pas à déchanter. Si certains résultats étaient probants, d’autres étaient fluctuants. C’est ainsi que je pris conscience du fait que l’utilisation des moyens de divination doit être réalisée avec discernement. A mon sens il existe deux sortes d’informations cachées.

Les informations qui existent mais dont nous n’avons pas connaissance sont à priori plus faciles à déceler. Dans cette catégorie on peut ranger la profondeur de l’eau, le taux de glycémie dans le sang à un instant T etc … Toutefois on se heurte à une difficulté qui consiste à bien choisir l’outil divinatoire en fonction de l’information recherchée. Le jeu de tarot par exemple n’est pas d’une grande aide si je souhaite connaître ma tension artérielle.

Par contre lorsque l’on cherche une information qui ne sera connue que dans l’avenir, le résultat du bac avant d’avoir passé les épreuves par exemple, ou avant qu’elles soient corrigées, on prend de grands risques. Dans ce cas on ne peut que déterminer une tendance, des probabilités qui seront potentiellement altérées par les circonstances à venir et par le libre-arbitre de chacun.

La première réaction serait de considérer que si l’information n’est pas connue au moment où on pose la question, il vaut mieux abandonner. Je considère que ce serait une décision erronée voire potentiellement dommageable. Parce que, face à une situation donnée, les outils divinatoires permettent de faire un état des lieux appréciable. Supposons que je recherche du travail. Au lieu de demander si je vais obtenir ce poste, il serait plus judicieux de demander ce que je dois faire pour l’obtenir, et de chercher à savoir si l’entreprise est saine, si le travail est gratifiant, s’il n’existe pas déjà un candidat pressenti. La réponse à ces différentes questions me permettra d’adopter l’attitude correcte et d’optimiser mes efforts.

Un autre regard sur ce phénomène débouche immédiatement sur une meilleure compréhension des lois qui président à la manifestation de la réalité. Dans la mesure où les outils divinatoires permettent de prévoir que tel évènement va se dérouler de telle façon et que, le moment venu, il en est tout autrement, force est de constater que la création n’est pas prédéterminée, mais qu’elle se construit au fur et à mesure en fonction des options prises sous l’effet du libre-arbitre.

Mais, malgré tout, il existe une trame de base que certains appellent prédestination et qu’il est impossible de changer, du moins sur le court terme.

J’ai coutume de résumer cet état de fait en disant que les cartes sont ce qu’elles sont mais il est impossible de prévoir comment la personne va les jouer. De la même façon, il est impossible de prévoir comment le thème astrologique est habité et à quel niveau vibratoire il est vécu.

Ces différents constats donnent les limites des outils de divination, mais finalement cette situation est rassurante.

Laisser un commentaire