Les clés du secret

Les clés du secret

. 0 Commentaires .

Daniel Sévigny fait allusion au livre de Rhonda Byrnes, « Le secret », mais il déplore que cet ouvrage ne fasse qu’énoncer de grands principes sans en donner une déclinaison concrète. C’est pour réparer cette lacune qu’il a écrit « Les clés du secret ».

Dès le premier chapitre il insiste sur le rôle fondamental de la pensée : « Chacun de nous est libre de ses pensées. C’est par ce merveilleux pouvoir que se crée toute chose (…). Vous devez retenir que chaque pensée prend une seconde à faire le tour de la Terre et vous revient avec la même énergie. Parce que chacune d’elles est émettrice d’énergie, elle influence sur son passage l’ensemble de notre Terre. Notre mécanisme de pensée demande une surveillance constante afin d’être régi par un contrôle parfait, dont la perfection ne dépend que de l’entraînement ».

Au passage, il met en exergue une maxime en relation avec la loi de l’attraction : « Tout ce qui se vit à l’intérieur se reflète à l’extérieur ».

Puis il rentre dans le vif du sujet en rappelant que la Création est, avant tout, de l’énergie : « Depuis le début des temps, les officiants religieux et les maîtres à penser nous proposent de DEMANDER pour obtenir ce que nous voulons, alors qu’il faut plutôt donner des ordres, et cela dans les règles de l’art (…). L’Univers N’EST PAS UNE PERSONNE mais bien une ÉNERGIE ».

L’énergie de l’Univers est régie par des lois au nombre de trois qui, selon Daniel Sévigny constituent les trois premières clés du secret :

  • L’Univers ne pense pas. Par contre, nous, nous pensons. Et nous sommes libres de choisir nos pensées. « Cette première clé nous permet de modifier tout ce qui ne nous convient pas dans notre vie pour en changer le cours. En transformant notre manière de penser, automatiquement nous changeons nos vibrations et, en changeant nos vibrations nous changeons notre énergie. Ce qui permet à la loi de l’attraction de se réaliser systématiquement. Nous attirons ainsi à nous les situations qui sont reliées à notre propre système de pensée ».
  • L’Univers ne réfléchit pas. Libre à nous de donner des ordres à l’Univers qu’il exécutera sans réfléchir ni se poser de questions.
  • L’Univers n’analyse pas. D’où la nécessité de penser correctement, notamment lorsque l’on veut concrétiser un souhait.

Les autres lois s’enchaînent : Pas de chiffres, pas de poids, pas de mesures, pas de distances, pas de temps, pas d’agent. Ce que je résume en notant que, lorsque nous formulons une demande, il faut éviter d’y inclure des données chiffrées.

Daniel Sévigny enchaîne avec un chapitre qu’il a intitulé « Les lois » et qui donne des précisions tout à la fois sur la façon de formuler un désir que sur l’attitude à observer. Ces lois qu’il présente comme autant de « clés » s’intitulent : la précision, la douceur, le respect, la fixation, avoir foi et confiance, etc …

A propos du respect, il émet une conception très subtile. Il rappelle que tout est énergie et que nous devons demeurer respectueux de l’énergie de l’Univers que nous consommons. C’est comme si, en raison de la loi du retour, nous étions redevables de cette énergie que nous consommons : « Quand vous accaparez deux places de stationnement par négligence ou dans la hâte, vous avez à payer la deuxième place en énergie. Vous avez une seule voiture, donc vous avez droit à une seule place en énergie ».

Dans le même ordre d’idée, il ajoute : « Vous avez certainement remarqué qu’à l’hôtel, beaucoup de personnes laissent toutes les lumières allumées quand elles s’absentent de leur chambre. Elles devront payer en énergie cette perte énergétique ».

Et puis encore : « Vous jetez un papier parterre. Encore une dette de nature énergétique. La seule façon de ne pas s’endetter à cause d’un vieux papier est de le jeter à la poubelle ».

« Pour émettre et attirer de bonnes vibrations, il faut être en communication avec l’énergie. C’est un tout. Tout ce qui se vit à l’intérieur se reflète à l’extérieur. Le respect est une nourriture énergétique qui permet d’augmenter les niveaux vibratoires de la personne qui s’y applique ou qui l’exerce tout naturellement. L’irrespect se paie en énergie ».

Sans qu’il ne le mentionne, ces considérations me font penser à la notion de karma.

Dans le chapitre suivant il donne de multiples exemples d’affirmations à utiliser selon les circonstances :

  • Univers infini, mon opération est une réussite parfaite immédiatement
  • Univers infini, j’ai une très grande confiance en moi immédiatement
  • Univers infini, la route se dégage immédiatement
  • Univers infini, est-ce que je déménage ou est-ce que je reste dans mon appartement ? Je sais reconnaître la réponse dans les plus brefs délais.
  • Univers infini, le chien cesse d’aboyer immédiatement
  • Univers infini, je suis invisible aux yeux des agresseurs immédiatement
  • Univers infini, installe une clôture invisible autour de mon terrain immédiatement

Il peut arriver que le problème que nous souhaitons résoudre concerne ou impacte une autre personne. Bien sûr il est hors de question d’inciter l’Univers à tout mettre en œuvre pour que cette personne agisse dans le sens que nous souhaitons. Daniel Sévigny propose une solution élégante et délicate pour intervenir en pareille situation. Il nous suggère de demander à l’Univers d’envoyer un bouquet de roses rouges sous forme d’énergie à cette personne de notre part. « Si vous vivez une relation conflictuelle, ce qu’il y a de remarquable, c’est que le conflit se termine, et cela immédiatement. Le comportement de la personne avec qui vous êtes en conflit va changer d’une manière radicale ».

La première partie s’achève par un rappel des lois universelles.

Loi de l’attraction : « En émettant des pensées d’amour, vous attirez l’amour. En émettant des pensées de révolte, en proférant des médisances ou des calomnies, en commettant des actions suscitées par des intentions malveillantes, vous vous attirez des situations pénibles et vous peinez à vous épanouir dans l’amour ».

Loi du retour : « Tout ce que l’on fait (…) nous revient multiplié par trois, et cela au cours des vingt et une années ultérieures ».

Loi de la prospérité. Il disserte longuement à propos de cette loi en préconisant de mettre en œuvre deux règles : « Toujours payer avec bonheur et ne jamais se fâcher à la réception d’une facture (Loi de l’attraction). La seconde règle est très simple. Chaque fois que vous payez quelque chose, dites dans votre tête : cela me revient décuplé ».

Concernant la relation à l’autre, Daniel Sévigny insiste sur la notion de « prendre le pouvoir » sur l’autre personne. Bien sûr il n’est pas question d’amener la personne à agir selon notre volonté. Mais cette notion va au-delà. Il arrive souvent que voyions un de nos proches se débattre face à des difficultés dont la solution nous semble évidente. Il serait tentant alors de mettre l’Univers à contribution pour que la personne adopte cette solution. « Tout est possible en énergie, mais on n’a pas le droit de prendre le pouvoir sur l’autre. Votre conjoint a une dépendance, vous n’avez pas le droit d’utiliser l’Univers pour l’en délivrer. Une personne que vous chérissez est paresseuse et se plaint continuellement, vous n’avez pas le droit d’intervenir pour qu’elle se trouve du travail, mais vous pourriez, en vous adressant à l’Univers, émettre une formulation énonçant qu’elle est très motivée et qu’elle se prend en main. Une personne est malade ? Vous ne pouvez mettre en œuvre vos pensées pour qu’elle guérisse, car ce serait une prise de pouvoir, mais vous pourriez affirmer à l’Univers qu’elle est sur la voix de la guérison ». La nuance est subtile.

La deuxième partie commence par un rappel du processus : « Chaque pensée entretenue crée SA propre énergie, SA propre vibration (…). Prenez conscience de la puissance d’une pensée. Vous pensez. Votre pensée devient vibration, votre vibration s’extériorise et influence votre personnalité. La vibration vous revient après avoir fait le tour de la Terre avec son influence vibratoire et met automatiquement en activité la loi de l’attraction (…). En entraînant le mécanisme de pensée, en commençant petit à petit, vous arriverez à éliminer les pensées négatives qui habitent votre esprit ».

Cette seconde partie est consacrée à une longue liste des forces négatives, chacune faisant l’objet d’un commentaire. La liste est tellement longue qu’elles sont classées par ordre alphabétique : angoisse, anxiété, calomnie, compétition, crainte …

« Pour parler des forces négatives, je vous présente d’abord votre pire ennemi : Vous. Il y a le vous positif et il y a aussi le vous négatif ». L’auteur appelle le vous négatif, le saboteur. Puis il rappelle que la loi de l’attraction s’applique également aux forces et pensées négatives.

« Les pensées négatives que nous apporte le saboteur, qui sont aussi émettrices d’énergie, font diminuer le niveau vibratoire de la loi de l’attraction. Cette loi, en fluctuation constante, change au fur et à mesure que nous changeons nos pensées. Plus nous gérons du négatif, plus nous attirons des personnes et des situations négatives ».

Concernant toutes les vicissitudes de la vie et les comportements parfois désobligeants pour ne pas dire pire déplacés de nos contemporains, nous sommes parfois désemparés. Dans ses commentaires Daniel Sévigny donne plusieurs pistes. Par exemple, à propos de l’humiliation, il propose l’affirmation suivante : « Univers infini, toutes les pensées et les paroles négatives retournent à son émetteur en énergie d’amour immédiatement ».

Afin de se défaire des troubles causés par « le saboteur », il prodigue différents conseils comme, par exemple, celui-ci : « Chaque fois que vous aurez une pensée négative ou que vous émettrez une parole négative, dites dans le silence de votre esprit conscient : je coupe net ou j’annule, et si parfois ce sont des images négatives : j’efface ». Un peu plus loin il conseille de « flusher » le saboteur, ce qui, en québécois signifie, visualiser le saboteur, le jeter dans les toilettes et tirer la chasse d’eau.

L’ouvrage se termine par l’exposé de nouvelles clés. Cette partie est un peu verbeuse mais en creux est exprimé une information qui mériterait d’être mise en évidence : si le fait d’entretenir des pensées négatives nous tire toujours vers le bas en altérant notre niveau vibratoire, l’acceptation met un terme à ce processus. Par acceptation il faut entendre l’acceptation de la situation, l’acceptation du karma. Ainsi l’acceptation arrête le processus qui fait diminuer notre niveau vibratoire. Et le pardon nous permet de faire remonter ce même niveau vibratoire.


Publicités

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :