Développement personnel

La loi de l’attraction

C’est quoi ? Comment ça marche ? A quoi ça sert ?
Tout le monde y fait référence, tout le monde en parle, mais au final, le sujet reste imprécis voire nébuleux. Alors, comme j’aime bien comprendre, j’ai essayé d’y voir plus clair.

Comprendre me semble essentiel. Combien de fois ai-je vu des gens reproduire des gestes scrupuleusement, s’appliquer à faire ce qu’on leur a dit en craignant que ça ne marche pas s’ils dévient ne serait-ce que légèrement de la procédure. Un tel état d’esprit débouche sur la superstition et renvoie au rite. Les religions en sont fortement empreintes mais elles n’ont pas le monopole, on les trouve un peu partout, les rites. Et c’est bien là le problème. On reproduit une procédure sans savoir ni ce qui se cache derrière ni même parfois le but escompté.
La mise en œuvre de la loi de l’attraction ne fait pas exception à ce travers.
J’ai abordé le sujet par le biais du courant de pensée positive : « Pensez Gérez Gagnez » de Daniel Sévigny. J’en ai retenu que, grosso modo, à force de penser à quelque chose on le provoque. Sachant que cette médaille à un revers. La pensée manifeste ce que l’on veut provoquer, mais elle manifeste également ce que l’on veut éviter. Par exemple, à force de penser qu’on ne veut pas être malade, on attire la maladie. Et à force de se dire que rien ne va dans notre vie, on devient de plus en plus malheureux.
Et puis il y a eu « Le secret » de Rhonda Byrne, et « Demandez et vous recevrez » de Esther et Jerry Hicks ou bien encore mais cet ouvrage est plus ancien « Vous êtes né riche » de Bob Proctor. Et bien d’autres encore …
On pourrait penser que ces ouvrages n’enrichissent que leurs auteurs, toutefois les messages véhiculés dans cette littérature tout à la fois montrent une évolution du concept de la loi de l’attraction et sont une bonne stimulation pour devenir des co-créateurs de nos destinées.
J’ai remarqué que, si les auteurs d’ouvrages consacrés à la pensée positive axent leur discours sur l’éducation de la pensée, leurs successeurs ont étendu la technique aux émotions et à la visualisation.

Physique, émotionnel, mental, spirituel
De prime abord j’avais considéré comme incongrues ces références aux émotions et à la visualisation. Mais mon naturel qui me pousse toujours à investiguer m’a éclairé sur ce sujet. En effet, les émotions et la visualisation nous renvoient à une modélisation de la création de type PEMS. Ce concept que l’on retrouve un peu partout, même dans le Reïki, et même dans Perelandra, illustre le fait que la création part du Spirituel, traverse le plan Émotionnel, puis le plan Mental pour finalement se manifester au plan matériel dans notre réalité Physique.
Ainsi, au lieu de laisser faire, au lieu de laisser notre réalité se manifester librement, voire anarchiquement, ces différentes approches incitent à introduire une intention dans le système, puis de la ressentir et de la verbaliser afin de provoquer sa manifestation physique.
Comme souvent avec les lois de la Nature le principe est simple. Mais l’être humain complique tout. Parce qu’on n’y croit pas, parce qu’on a peur, parce qu’on ne nous a pas appris à penser comme ça. On ne nous a jamais dit que nous disposions d’une grande part de liberté.
Alors, par exemple, en même temps qu’on demande une promotion, on envoie à l’Univers un sentiment de peur parce que, si on se projette dans la fonction convoitée, on a le stress de ne pas être à la hauteur, de ne pas y arriver. Et si on demande de l’argent, on formule notre demande, mais en même temps on n’y croit pas. On se dit que l’argent ne va pas arriver comme ça, il faut travailler pour l’obtenir.
Alors comment voulez-vous qu’il s’y retrouve, l’Univers, si on lui envoie tout et son contraire.
D’où le fait que, pour que cette technique fonctionne, on doit développer une pureté d’intention, d’émotion et de visualisation.

La visualisation ?
Voilà encore une complication.
J’ai mieux compris l’utilité de la visualisation en observant le fonctionnement du cerveau.
Le cerveau gauche est le cerveau de la discrimination. Pour faire court, c’est la partie du cerveau qui héberge les fonctions liées à la pensée. Tandis que le cerveau droit est orienté vers l’intuition. Là dessus se greffe le constat que le cerveau droit s’exprime par symboles et par images. Plus d’un voyant s’y est fait prendre. Moi le premier : je me souviens de cette personne à qui j’avais déclaré qu’elle aimait tricoter parce que je la voyais se livrer à cette activité. Alors qu’il n’en était rien, mais un trait de son caractère la poussait à se soucier du moindre détail de façon compulsive et presque maladive.
Ainsi, en se référant au mode de fonctionnement du cerveau, on se rend compte que la visualisation, c’est à dire le fait de poster à un niveau subtil une intention sous forme d’image dans la mécanique de création de la réalité, permet d’alimenter le cerveau droit.

Et l’attraction dans tout ça ?
Notre ancien président, Jacques Chirac, avait exprimé l’une des manifestations de la loi de l’attraction de façon fort poétique : « Les emmerdements volent toujours en escadrille ». C’est un phénomène que certains appellent la loi des séries et que l’adage populaire exprime en disant « Qui se ressemble s’assemble ».
Pour en revenir à notre sujet, on constate que le principe de l’attraction intervient dans un second temps. Après avoir posté une intention dans cette mécanique au niveau le plus subtil possible, on lui laisse vivre sa vie. Mais s’il ne s’agissait que de cela, l’intention n’irait pas bien loin.
Parce qu’il faut la renforcer. Si le fait de poster une intention pure, sans l’entourer de peurs, de doutes et d’autres négativités constitue la première difficulté, le fait de la renforcer constitue la deuxième. Parce qu’il faut arriver à renforcer notre intention sans la reposter. On peut prendre l’analogie d’un végétal. On ne le plante qu’une seule fois, ensuite il faut l’arroser et s’occuper de lui pour qu’il puisse croître et se développer.

Un bon moyen d’y arriver est la confiance. A quoi bon douter ? Il s’agit d’une loi de la Nature, ça va forcément marcher. Il faut rester positif.
Le petit jeu consiste donc à penser à notre demande régulièrement mais en toute confiance. On peut même, et tous les auteurs le conseillent, exprimer notre gratitude. « Merci pour la belle voiture qui, dans mes pensées, se trouve déjà dans le garage. D’ailleurs j’ai déjà préparé la place ».
J’insiste sur le fait de préparer une place de parking pour la voiture que l’on souhaite obtenir. Si la Nature a horreur du vide, elle ne remplit pas ce qui est déjà plein. Autrement dit quand on demande quelque chose, il faut faire de la place pour pouvoir l’accueillir.
D’autre part, il ne suffit pas de demander. Il faut toujours s’interroger sur ce que l’on fait pour l’obtenir. Si je demande un boulot, ce n’est pas en restant assis devant la télé que je vais décrocher un job. Il faut se mettre en route et faire tout ce qu’il nous est possible de réaliser pour aider le fruit de notre demande à se matérialiser dans notre vie.
C’est à ce moment que l’attraction commence à intervenir. Parce que un grand principe de la Création veut que, dans la Nature, tout ce qui vibre sur la même fréquence, se recherche, s’attire, s’associe, fusionne, de façon à créer, à l’image d’une boule de neige, une dynamique sans cesse plus puissante et plus efficace.

Résumé de la technique.
• Déterminer le plus précisément possible ce que l’on veut
• L’exprimer en pensée positive
• Le ressentir
• Le visualiser
• Le demander
• Puis
o Chasser la peur et le doute
o Garder confiance
o Faire de la place pour l’accueillir
o Remercier comme si on l’avait déjà
o Patienter

Pour mémoire, j’avais abordé ce sujet de façon plus détaillée dans mon livre « Comment augmenter votre niveau vibratoire ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.